Pour le fanzine "C'est pas du l'art", une entrevue avec le cordial animateur de Palim.biz. / For the fanzine "That's not (Francis) Bacon" an interview with the cordial driving of force of Palim.biz - see below for english version

etoiles.png
Parlons d’abord de vous... d’où venez-vous ?

Je viens d’entre les dunes, les marais et la forêt... Là exactement... Palim pointe son doigt sur une carte affichée au mur. C’est là que j’ai quasiment tout appris.

embouchure4.png

Vous y vivez depuis longtemps ?

J’ai toujours vécu ici.

Devant ces vastes espaces naturels on peut pourtant se demander pourquoi vous réalisez des petites productions ?

L’espace extérieur est grand mais là où je vis, entre les quatre murs où je dors, ce n’est pas très grand... Mes étagères sont basses et étroites.

Euh... Je voulais dire... Pourquoi des productions en peu d’exemplaires, uniques même ?

Je ne suis pas une usine.... Et qui plus est chaque objet est fait avec les moyens du bord. Avec ce qui est récupéré, trouvé. Donc il est difficile de trouver deux fois le même rebut. On produit certes des objets en millions d’exemplaires, mais chacun de nous utilise, casse et jette de façon personnelle.

Et... Question bateau... D’où vous viennent les idées ?

Je fais avec ce qu’il y a. Je trouve un matériau et j’essaie d’imaginer ce que je peux en faire. Ensuite l’idée vient rapidement ou alors elle décante plus ou moins longuement, une maturation faite de retouches incessantes. En général les idées me viennent de ce qui m’entoure directement. Je suis assez basique comme personne, plutôt brute... Et assez peu familier avec le “conceptuel”...

Vous vous mettez à travailler ensuite...

Zavez des dons de voyance ?

...

Bon...Sans rire... J’ai la chance de réussir à produire ce que j’imaginais de façon assez précise. Si je n’y arrive pas c’est que l’idée n’est pas aboutie et j’attends un autre moment. Ensuite je me refuse à employer des techniques trop compliquées. C’est souvent trop cher... Enfin, j’essaie de ne pas consacrer trop de temps à la réalisation. Pas plus de temps que l’équivalent d’une journée de travail salarié. Un ancrage et un encrage dans le quotidien...

Et comment avez-vous débuté ?

Bah... Il faut bien oser un jour... Depuis longtemps je bricolais de petites choses pour m’amuser. Et un jour, il y a peu, j’ai mis pour la première fois les pieds dans un musée d’art contemporain. C’est là que je me suis dit que moi aussi je pouvais “créer”. Mais quoi que je fasse je n’arrive quand même pas à renoncer au côté esthétique et signifiant. Ça me paraît incontournable.

Dernière question... vous êtes perçu comme un artiste visuel mais vous écrivez également.

Ouep... Mais vous lisez pas avec vos yeux ?


De notre correspondant perdu là-bas - le 26.XI.2010


red-line-ombre.png

First... Let's talk about you ... where are you from?

I come from among the dunes, marshes and forest ... Here exactly ... Palim points his finger on a map on the wall. That's where I learned almost everything.

palimsepia.png

Do you live here long?

I have always lived here.

These are large natural areas and... One wonders why you are making small productions?

The outdoor space is great but where I live, within the four walls where I sleep, it's not very vast ... My shelves are low and narrow.

Uh ... I meant ... Why do productions in small numbers, even unique?

I'm not a factory.... Also each production is made with the means at hand. With what is recovered, found. So it is difficult to find two of the same waste. It certainly produced objects in millions of copies, but each of us uses, breaks and throws in a personal way.

And .. Hackneyed issue ... Where do you get ideas?

I do with what I have. I find a material and try to imagine what I can do. Then the idea comes quickly or it settles more or less extensively, a maturation made of constant alterations. In general the ideas come directly from my surroundings. I am a rough basic person. And not very familiar with the "concept" ...

You get to work then ...

Are you clairvoyant ?

...

Well ... no joke ... I have the opportunity to succeed in producing precisely what I imagined in some detail. If I can not do it is because the idea is not successful and I expect another time. Then I refuse to use techniques too complicated. It is often too expensive ... Finally, I try not to spend too much time to achieve. No longer than the equivalent of one day of paid employment. A common daily life.

And how did you start as an artist?

Well ... We must dare one day ... For a long time I tinkered little things for fun. And one day recently, I went for the first time in a museum of contemporary art. This is where I told myself that I too could "create". Why not me? But I can not give up the aesthetics and meaning as they do. It seems inescapable.

Last question ... you are perceived as a visual artist, but you write well.

Yep ... But you will not read with your eyes?


From our correspondent lost there - the 26.XI.2010