Ce qui devait arriver arriva... Après 16 chapitres de bons et loyaux services, la mine de Palim a lâché, succombant au surmenage imposé par le gribouilleur.

Chacun retiendra le caractère disponible de ce petit bout de graphite, toujours prêt à griffonner un dessin à la perspective ratée ou une idée loufoque, sans jamais juger ; sans jamais discriminer non plus car c'est sans hésiter qu'elle allait à la rencontre de cartons, serviettes en papier ou autres papiers improvisés et de qualité aléatoire.

Toute notre sympathie va à Palim et aux autres stylos qui composent la plume de notre grimaud. Celui-ci devant déjà faire face à la tristesse et à la culpabilité doit également affronter l'avidité de reporters à sensation sans scrupules (qui rappellent d'ailleurs que le multiste n'en serait pas à sa première victime). En effet, ces pseudo-journalistes n'ont pas hésité à photographier désormais feue la mine sur sa dernière feuille. Ces images ayant déjà fait le tour de l'internet, nous prenons le partie d'également les diffuser (car il serait tout de même dommage de se priver d'un tel booster d'audience. "Show must go on !" nous aurait dit notre cher bout de carbone.).


Mine1.pngMine2.png



A5.png